La Galaxie en Flammes

Le forum français de l'Hérésie d'Horus
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Kaban Project

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dakka
Admin
avatar

Messages : 2323
Date d'inscription : 02/10/2012

MessageSujet: The Kaban Project   Mar 15 Jan - 20:06

Voici la traduction de The Kaban Project par Lupercal_06, le même que pour Aurelian.
Cette nouvelle est dans le livre Collected Visions et est vraiment cool.

LE PROJET KABAN THE KABAN PROJECT (je préfère le titre en vo)

Traduction française libre par Lupercal_06
© Games Workshop Ltd 2007. Tous droits réservés.




____________________________________________

L’Hérésie d’Horus

Nous sommes dans un temps de légende…

Des héros continuent de se battre pour régenter la portion de galaxie que les vastes armées de l’Empereur de Terra ont conquise durant leur Grande Croisade. Une myriade de races extraterrestres ont été écrasées par les combattants d’élite de l’Empereur et effacées des annales de l’histoire.

L’aube d’une ère de suprématie s’annonce pour l’Humanité. Des citadelles d’or et de marbre célèbrent les nombreux triomphes de l’Empereur. Sur un million de mondes sont érigés les monuments rappelant les exploits épiques de ses plus formidables guerriers.

Premiers parmi tous ceux-là, les Primarques, des personnages surpuissants, imposants et magnifiques, l’aboutissement ultime des expérimentations génétiques de l’Empereur, ont mené leurs armées de Space Marines de victoire en victoire.

Les Space Marines sont les plus puissants guerriers humains que la galaxie ait jamais connus, surpassant chacun plus d’une centaine de soldats ordinaires. Organisés en légions de dizaines de milliers d’entre eux placés sous les ordres d’un Primarque, ils ont conquis l’immensité spatiale au nom de l’Empereur.

Le plus illustre parmi ces Primarques est Horus le Glorieux, l’Astre Brillant, favori de l’Empereur.
Le décor est planté.


_____________________________________




DRAMATIS PERSONAE

LE MECHANICUM:
URTZI MALEVOLUS - Maître de Forge de Mars
LUKAS CHROM - Maître de Forge de Mondus Gamma

LES SERVITEURS DU MECHANICUM:
PALLAS RAVACHOL - Adepte Troisième Classe
REMIARE - Tueuse technoprêtresse



DEUX MICRONS VERS la gauche. Maintenant quatre vers le bas. Voilà… l’Adepte Troisième Classe Pallas Ravachol ajusta les fins capillaires qui sortaient de ses doigts, observant avec une satisfaction suffisante la tablette câblée glisser silencieusement dans le cortex cérébral du cerveau du serviteur (ou du moins ce que la lobotomisation avait laissé de son cerveau) jusque dans le bulbe rachidien.

– Personne ne connait les serviteurs aussi bien que moi, dit-il alors que les vrilles délicates se frayaient un chemin depuis la tablette jusque dans la matière grise du cerveau.

La tablette câblée s’étant bien intégrée, il replaça le sommet du crâne en alliage brillant et utilisa une lame portative pour revisser les boulons pour qu’il protège la cervelle du serviteur de tout dommage. Il laissa tomber la tablette défectueuse dans la poche qui pendait de sa ceinture à outils en faisait attention à ce qu’elle n’aille pas se mêler à celle qui fonctionnaient. Il frissonna en pensant à ce qui arriverait s’il plaçait une tablette câblée défectueuse dans le cerveau d’un robot de guerre ou s’il implantait une séquence de combat dans l’esprit d’un serviteur de chargement.

– Voilà, dit-il en mettant le dernier boulon en place alors que le serviteur se redressait du siège inclinable d’opération, sa peau toujours gris pale et maladive.

Moitié humain, moitié machine, les bras du serviteur avaient été remplacés par des pinces pneumatiques et le peu qui restait de sa tête avait été augmenté par des lecteurs visuels de masses.

– Maintenant retourne à tes devoirs. Rejoins les équipes de chargement de l’Adepte Zeth. La 63ème expédition a besoin de ses armes et munitions si le Maitre de Guerre veut pacifier Isstvan.

Bien entendu, le serviteur ne répondit pas, et il se tourna simplement pour quitter la pièce, dans laquelle une demi-douzaine de serviteurs endommagés attendait les soins de Ravachol ou l’enlèvement de toute partie mécanique qui s’était valu les réclamations de la chair qui l’accueillait.

Un tel travail était en dessous des capacités d’un adepte comme Ravachol, mais il savait qu’il n'avait que lui-même à blâmer pour sa situation actuelle, et de toute façon, c’était ce genre de travail qui l’avait porté à l’attention de son nouveau maître, l’Adepte en chef Lukas Chrom des forges martiennes.

Ayant vu que les serviteurs sortant des ateliers de Ravachol travaillaient plus rapidement et plus efficacement ainsi qu’avec une plus grande précision, Chrom s’était enquit à son sujet. Dans les semaines qui suivirent, il s’était trouvé en train d’empaqueter ses maigres possessions et quitter son ancien maître, l’Adepte Urtzi Malevolus, pour se diriger vers les usines de Mondus Gamma pour une réassignation immédiate.

La plupart des adeptes martiens n’avaient que peu d’intérêt pour l’étude crânienne, qui concernait les serviteurs, mais Ravachol aimait ce travail. Après tout, c’était seulement en connaissant les mécanismes à l’intérieur d’un cerveau humain que l’homme pouvait espérer comprendre les mécanismes d’un cerveau robotique.
Ces ruminations l’amenèrent inévitablement à penser de manière coupable au Projet Kaban lui-même…

Il repoussa de telles pensées et essaya de se concentrer sur son travail, un serviteur de bataille Praetorien dont l’arme avait été victime d’une avarie et avait explosé sur un stand de tir. L’arme était irrécupérable, mais les augmentations greffées à son torse et les mécanismes de visée qui formait la majeure partie de son crâne n’étaient en aucun cas perdus.

Alors qu’il regardait le métal roussi du crâne du serviteur, il gratta d’un air absent sa propre peau avec les mécadentrites de ses doigts. De façon plutôt inhabituelle pour un adepte de Mars, Ravachol était essentiellement constitué de chair et de sang, à l’exception de sa main gauche, qui avait été remplacée par une main bionique seize ans plus tôt.

Ses pensées ne faisaient que tourner autour de la machine de Kaban, et il se détourna du Praetorien endommagé pour quitter son atelier et aller dans le couloir d’acier de la forge-temple. Il savait qu’il lui faudrait travailler deux nouvelles sessions pour rendre le serviteur de nouveau opérationnel, mais il décida que cela valait la peine de passer un peu plus de temps avec la machine de Kaban.

Ravachol savait qu’il avait une affinité naturelle avec les robots et leur programmation, mais quiconque avait écrit les doctrines électroniques et inséré les codes d’activation dans le système de contrôle de la machine de Kaban se situait bien loin au-dessus de lui. Il doutait qu’il s’agissait de l’Adepte Chrom, qui, bien que brillant dans d’autres aspects, semblait ne porter que peu ou aucun intérêt pour le domaine des logiciels de bataille intégrés.

Les corridors de la forge-temple n’étaient que faiblement éclairés, les lumi-globes flottant au-dessus de lui gardant un niveau qui troublait le passage du temps, de sorte que quel que soit l’endroit et quelle que soit la période de la journée où votre corps se trouvait, vous n’aviez aucune référence externe. Mais un adepte qui s’élevait dans les rangs du Mechanicum était de moins en moins concerné par des termes comme jour et nuit.

Des robinets sifflants et de larges tuyaux et câbles parcouraient la longueur des couloirs, chacun de ces derniers étant remplis d’animation alors que les serviteurs et les robots messagers sur roues, chenilles ou jambes fines allaient et venaient. Il salua de la tête certains adeptes en robes qui le dépassaient, ignorant leur regard empreint de pitié ou de révulsion à la vue de la chair de son visage et de sa main. Certains adeptes étaient en vie depuis plusieurs siècles, leur vie allongée par l’ajout d’augmentations cybernétiques greffées à leur corps au service du Saint Omnimessie – le Dieu-Machine du Clergé de Mars. Alors qu’il dépassait les adeptes, il nota combien ils avaient été bénis, et il jura qu’un jour il serait lui-aussi récompensé par le Dieu-Machine, même si l’Empereur avouait son déplaisir quant à ces pratiques.

Il dépassa le Temple du Piston Sans Frottements, où l’Adepte Herysto avait développé des technologies prises au Bloc Yndonésien une centaine d’années plus tôt, quand Mars était en guerre avec Terra.

Dans un bourdonnement continu, des prières mécaniques se déversaient depuis l’Autel de Velrersk, où rang après rang, des adeptes en robes rouges s’agenouillaient avec une parfaite synchronisation devant la statue de chrome poli de celui qui avait découvert le SCS de la Presse à Céramite.

Ravachol hocha respectueusement la tête à l’adresse du temple avant de se diriger dans les profondeurs de la forge-temple, dans une zone encore plus sécurisée. Des Skitarii à la peau d’argent et dans des robes rouges montaient la garde devant les temples où des travaux plus secrets étaient effectués, leur armure brillant faiblement et reliée à leur corps par des augmentations bioniques qui amélioraient leur force et leur endurance.

– Je viens travailler sur la machine de Kaban, dit-il en s’arrêtant devant une immense porte en acier gardée par une cohorte de guerriers Skitarii et une paire d’emplacement d’armes lourdes.

Au début, Ravachol avait été impressionné par le nombre de gardiens qui protégeaient cette portion du temple, mais, maintenant qu’il savait ce qui s’y trouvait, il comprenait pourquoi il y avait autant de sentinelles.

– Clé génomécanique, dit un soldat en tendant sa main gauche.
– Oui, oui, dit Ravachol en prenant la main du soldat. Ce n’est pas comme si vous ne m’aviez pas vu presque tous les jours depuis les six derniers mois, hein ?

Le Skitarii ne répondit rien, mais ils ne le faisaient quasiment jamais de toute façon, et Ravachol se demanda si l’homme avait perdu son sens de l’humour en même temps que sa capacité à avoir peur. Il senti l’habituel inconfort lorsque les mécadentrites du soldat se glissaient dans les siennes jusque dans la moelle osseuse de son bras. Une lumière ambrée scintilla dans les oculaires du Skitarii, quand ses vrilles inquisitrices reconnurent les codes informatiques du bras de Ravachol ainsi que son code génétique.

– Identité confirmée, dit le soldat en agitant les bras à l’intention des guerriers derrière lui.

Une lumière rouge apparut au-dessus de la porte, ce que Ravachol trouva inutilement théâtral, et il se recula devant le battant massif pivotait sur des gongs colossaux d’acier huilé. La porte elle-même mesurait trois mètres d’épaisseur, et pouvait résister à n’importe quoi sauf un bombardement orbital, et Ravachol ne faisait que commencer à comprendre pourquoi tant de précautions étaient nécessaire pour la machine de Kaban.

Il entra dans le temple à proprement parler et se trouva dans un large corridor dont les murs étaient légèrement incurvés qui menait à une chambre avec des passages encore plus circulaires qui en émanaient, chacun partiellement illuminé et stérile. Une horde de technomates, de calculus-logi, et d’adeptes en robes remplissait le dôme, chacun travaillant à un établi d’argent sur un aspect différent de la machine de Kaban.
Ravachol sourit alors qu’il se frayait un chemin dans la salle, choisissant le tunnel en face de lui, passant une nouvelle fois des porte géno-verrouillées avant d’arriver enfin au temple de la machine.

Contrairement à l’antichambre, ce temple était vide, car seuls quelques techniciens sélectionnés avaient accès à cette portion de la facilité. Un quatuor de serviteur de combat se tourna vers lui, leurs terribles armes de destruction vrombissant alors qu’elles acquéraient leur cible : lui. Des canons quadritubes rotatifs, des lasers convecteurs et des griffes énergétiques montèrent en puissance à une vitesse létale.

– Identifiez-vous ! ordonna le serviteur le plus proche d’une voix humaine, mais dépourvue de toute émotion ou de vie.
– Adepte Troisième Classe Pallas Ravachol, dit-il alors que des protocoles vidéo et audio scannaient sa voix, sa masse, ses traits, et ses données biométriques avant de décider qu’il était autoriser à se trouver là, et que les armes se remettent en veille.

Il savait qu’il n’avait aucune raison d’être effrayé par ces serviteurs de combat puisque c’était lui-même qui avait configuré leurs routines de défense automatique, mais il dut repousser le frisson qui le saisit quand il regarda dans les canons de leurs armes.

Si un seul de ses protocoles avait échoué, il serait devenu une pile de viande hachée, d’os et de sang.

Ravachol s’avança entre les serviteurs de combat, tapotant gentiment le canon rotatif de l’arme alors qu’il se dirigeait vers la machine de Kaban, ressentant l’habituel mélange d’excitation illicite et de trépidation à l’approche de la machine.

La machine se tenait immobile dans le coin opposé de la pièce, ses systèmes de déplacement à chenilles pas encore reliés à son corps sphérique. Elle faisait six mètres de largeur et dix de hauteur, même si les larges épaulières qui protégeaient les articulations de ses bras rajoutaient un nouveau mètre. Ses bras étaient au repos, l’un se terminant en une pléthore d’armes à projectiles, l’autre par une terrifiante combinaison d’une griffe énergétique et d’une lame tronçonneuse qui aurait pu traverser la coque d’un vaisseau de guerre.

Un réseau d’échafaudage l’entourait et il pouvait voir que les équipes d’armement de l’Adepte Laanu avait été occupées ces derniers jours, installant une myriade d’impressionnantes armes laser ou plasma au bout de tentacules métalliques flexibles. Les senseurs de la machine étaient représentés par un trio d’excroissances sur sa façade, une lumière orangée indiquant que la machine était en état dormant.

Elle dort, pensa Ravachol, pas sûr de s’il était amusé ou effrayé par la notion.

Alors même qu’il repoussait coupablement la pensée, la lueur pale sur les senseurs bulbeux s’intensifia et la machine dit :

– Bonjour, Pallas. Il est plaisant de te revoir.
– De même pour toi, Kaban, dit Ravachol. Comment te sens-tu ?


From Iron cometh strength; from strength cometh will;
from will cometh faith; and from faith cometh honour.


Dernière édition par Dark Apostle le Mar 15 Jan - 20:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://galaxie-en-flammes.creationforum.net
Dakka
Admin
avatar

Messages : 2323
Date d'inscription : 02/10/2012

MessageSujet: Re: The Kaban Project   Mar 15 Jan - 20:10

C'est tout pour le moment car Lupercal_06 n'a pas encore terminé sa traduction (on peut comprendre qu'il ai d'autres choses à faire).

Son sujet est sur jeuxvidéo.com, mais comme c'est bourré de mec qui écrivent entre ses posts c'est vite chaint à lire.
Du coup je mettrais ça à la suite ici pour faciliter la lecture et le topic est locké en attendant la fin.

Vous pouvez aussi aller voir la critique du Reclu:
Clic!


From Iron cometh strength; from strength cometh will;
from will cometh faith; and from faith cometh honour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://galaxie-en-flammes.creationforum.net
 
The Kaban Project
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Kaban Project
» Cygnus Project
» Virtual Dex Project (Vdex)
» Rebirth project
» T2D GOOFBACK LOOK PROJECT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Galaxie en Flammes :: La Galaxie en Flammes :: Bibliothèque Hérétique-
Sauter vers: